AccueilPortailFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Entretien d'Affaires {Gilly, Mrs Stuart, Stew... =}

Aller en bas 
AuteurMessage
Caitlin Macdonald

avatar

Féminin
Nombre de messages : 81
Age : 44
Situation : ¤ Confuse ¤
Date d'inscription : 21/01/2007

Feuille de personnage
Clan: Macdonald
Relations:
Lieu d'Habitation: Carnoch

MessageSujet: Entretien d'Affaires {Gilly, Mrs Stuart, Stew... =}   Mer 21 Nov - 20:51

« - Bonjour bonjouuuuur ! Et bon matiiiin, chers auditeuuurs ! Sonia Shepperd, votre présentatrice préférée du matin sur BBC Radio Scotland ! Tout de suite, le nouv…

- Geeeenre, comme si un Scott pouvait idolâtrer une Sassenach aussi cruche à la radio écossaise… La tolérer est déjà si difficile…

- Caitlin !!! Ta bouche !!!

Le cri outré de la mère de famille indignée par la mauvaise conduite de sa petite fille fit se recroqueviller instinctivement celle-ci, qui avala sa bouchée de corn-flakes avec une petite moue maussade. Parmi les choses infimes et innombrables que ne supportait pas Rose Macdonald, parler la bouche pleine constituait pour elle un intolérable manque de savoir-vivre. Et en plus, si elle devait elle-même réprimander sa propre fille ! Tous ses efforts visant à inculquer une éducation saine, respectable et respectueuse, bref, honorable et honnête comme le clan Macdonald – ce qui, après, restait à vérifier véritablement, même si les affreux, les méchants, étaient ces horribles Campbell ! -, avaient donc été vains !

Caitlin, voyant sa mère s’affaisser un peu, releva la tête de son bol de chocolat et de céréales et lui décoche un sourire et un regard désolés. Lorsque sa mère passa derrière elle, la jeune femme se leva et la suivit jusqu’à le vieil évier en granit, rustique et typiquement écossais, dans lequel elle déposa son bol en terre et sa petite cuillère. Elle en profita pour déposer un baiser tendre sur la joue ridée mais encore si douce de sa mère, qui esquissa un semblant de sourire. Caitlin, avec la désagréable impression qu’elle était réellement une fille ingrate et insolente, comme le lui répétait depuis quelques temps ses parents – du moins surtout sa mère, son père lui pardonnant presque toutes ses sautes d’humeur -, s’éloigna vers sa chambre d’une démarche mal assurée par sa mauvaise conscience. Il était vrai qu’elle se conduisait étrangement depuis quelques semaines : pas un jour ne passait sans qu’elle ne submergea quelqu’un de son entourage de ses remarques et ses piques cinglantes d’ironie, et, chose d’autant plus alarmante, son affection pour son fils semblait s’être quelque peu refroidie. La cause de sa mauvaise humeur permanente et insupportable ? Un certain matin brumeux, lorsqu’un certain Campbell avait poussé la porte de sa librairie…

Son joli minois figé dans une expression morne, et qui lui donnait malgré elle un air hautain, la jeune femme monta lentement les escaliers colossaux menant aux étages du somptueux manoir Macdonald, ne jetant même pas un coup d’œil comme chaque matin au portrait de Sir Silver Macdonald, un laird du clan des Macdonald du XVIème, et qui souriait joyeusement dans son tableau. Dans la salle de bains, elle eut un soupir las devant ses traits tirés de fatigue, ses yeux cernés, dont la couleur verte en était avivée, de sorte à ce que l’on prit sans aucun doute pour une shootée de première ordre. Génial. Et dire qu’en plus, elle devait rencontrer Mrs Stuart le matin même… Un bref regard à sa montre au bracelet d’argent, mollement échouée sur une étagère en acajou, fit s’écarquiller ses grands yeux fatigués. Dix heures… moins le quart ! L’heure à laquelle elle était censée attendre Gillian devant le Campus. Bien, la journée commençait très bien.

Dix minutes plus tard, sa petite Mini Cooper déboulait sur le parking du Campus, et ne voyant pas Gillian devant la petite université de Glencoe, Caitlin en profita pour se mettre un peu de poudre afin d’effacer quelque peu la fatigue qui marquait ses traits, mit une paire de lunettes de soleil pour cacher ses yeux défoncés, et empoigna ensuite un sac à main en daim noir et la portière de la petite voiture claqua brusquement. Quelques pas, puis une sensation de froid la glaça entièrement, ne faisant qu’exacerber sa mauvaise humeur. Elle retourna avec rage vers sa voiture, en tira une jolie petite veste de cuir noir qui datait de la Préhistoire – soit de son adolescence, comme elle aimait à le dire -, et l’enfila avec impatience. Il était vrai que le temps s’était furieusement dégradé ces temps-ci, comme l’état d’esprit de Caitlin, d’ailleurs. Aussi, en chemisier léger et en jupe courte en toile, autant dire que même pour traverser une cour de vingt mètres, elle risquait d’attraper un sacré rhume. Et ce satané vent, qui ébouriffait encore davantage sa queue de cheval faite en deux temps trois mouvements en descendant les escaliers du manoir, manquant d’y dégringoler encore une fois, ce qui n’aurait fait qu’aggraver son retard et son humeur exécrable. Après avoir retiré de son ongle un millimètre de rouge à lèvres ayant dépassé de ses lèvres, dont les gerçures brûlaient par ce froid glacial, mais qui heureusement n’étaient pas visibles sous le rouge, elle se hâta de gagner le hall de l’université, où l’attendait Gillian, qui avait fait une course avant de passer au Campus.


« - Gilly ! Franchement, j’suis vraiment désolée, j’ai pas vu le temps passer… Enfin, il est pile dix heures, si on se dépêche un peu… désolée, vraiment… »

Bien qu’elles se fussent saluées toutes deux au manoir, Caitlin ne semblait pas ne s’en souvenir, et refit la bise à sa belle-sœur, avant de pousser un profond soupir. Et, tandis qu’elles se dirigeaient vers le bureau de Mrs Stuart :

« - Les gaffes s’accumulent… enfin, je pense que ce n’est qu’une mauvaise période à traverser… Oh, les lunettes, en fait, j’ai des yeux de killer aujourd’hui ; ne rie pas, Mrs Stuart risque sûrement de me prendre pour une toxico… Bon, assez parlé de moi – c’est pas très très reluisant, reconnaissons-le -, ça va, toi ? Tiens, asseyons-nous, on dirait que finalement, notre retard passera inaperçu. »

En effet, un jeune homme à l’air pas très recommandable attendait affalé sur une chaise, attendant sans doute un blâme mortifiant dont Mrs Stuart avait le secret. Il parut se réveiller soudainement de sa torpeur, des écouteurs hurlant des flots de musique rock aux oreilles, et darda un coup d’œil luisant sur les nouvelles arrivantes.

Pourvu que Catherine Stuart vienne bientôt, pria Caitlin avec une ferveur désespérée.

Elle irait s'aérer un peu l'esprit dans la nature, goûter une solitude tant désirée ces derniers temps...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Gillian Macdonald

avatar

Féminin
Nombre de messages : 60
Age : 52
Situation : Mariée
Date d'inscription : 14/02/2007

Feuille de personnage
Clan: Macdonald
Relations:
Lieu d'Habitation: Carnoch

MessageSujet: Re: Entretien d'Affaires {Gilly, Mrs Stuart, Stew... =}   Mer 9 Jan - 7:21

Il était écrit que cette journée serait chargée. Depuis le matin, Gillian avait eu une impression d’étrangeté... Pourtant, elle s’était levée tôt comme d’habitude, seule. Elle avait pris son petit déjeuner, toujours seule : une tasse de thé, quelques toasts... Tout s’était déroulé normalement. Elle avait salué sa belle-mère et sa belle-sœur et toutes les autres personnes de la maisonnée qu’elle avait pu croiser, puis s’en était allée vaquer à ses occupations avant son rendez vous sur le campus.
Quand elle se rendit enfin sur les lieux du rendez vous, Gillian put constater que Caitlin n’était pas encore arrivée, mais elle n’en fut pas surprise, étant elle-même un petit peu en avance. L’heure approchait de plus en plus, et si elle songeait à se résigner à se présenter en retard devant Mrs. Stuart, elle ne s’inquiétait toujours pas de ne pas encore avoir vu arriver sa belle–sœur. Dix heures sonnait quand la jeune femme arriva. Elle l’embrassa à son tour sans prendre la peine de lui rappeler leur rencontre plus tôt et prit avec elle le chemin du bureau de Mrs. Stuart. A son habitude, sa belle-sœur parlait à une vitesse impressionnante, enchaînant les idées avec une effrayante célérité. Un doux sourire monta aux lèvres de Gillian. Si tout n’était peut-être pas rose dans sa vie en ce moment, Caitlin avait le don de lui faire oublier ses problèmes, ne fût-ce que quelques minutes.
S’asseyant près d’elle, Gillian avisa elle aussi le... jeune homme... mais détournant les yeux pour se consacrer à sa belle-sœur, elle le supprima précautionneusement de son univers, l’ignorant superbement. Passant sur le « retard » de Caitlin, elle poursuivit la conversation. En ce qui la concernait, elles auraient aussi bien pu être autour d’une tasse de thé à la table de la cuisine.


- Tu n’as pas l’air d’une toxicomane... Tout au plus... d’une femme active... Je ne doute pas que Mrs. Stuart comprenne. Pour te répondre, son sourire se figea quelque peu, ça va aussi bien que ça peut aller étant données les circonstances.

Elle n’avait pas besoin d’être plus précise : Caitlin savait de quoi elle parlait. Et on pouvait ne pas se cacher d’avoir des problèmes, en parler avec une amie, ce n’était pas une raison pour étaler le sujet de son plein gré en public. Un petit silence tendu s’installa, une entente mutuelle et peut-être de la compassion. Mais l’heure n’était pas à l’auto-apitoiement. Affichant un sourire qu’elle savait ne pas paraître naturel le moins du monde, elle reprit avec un enthousiasme qui sonnait faux à ses propres oreilles, dans une ostensible volonté de changer de sujet.

- Alors ? Prête à entrer dans la fausse aux lions ?

Quel que soit son âge, quel que soit l’établissement, se retrouver dans le bureau du directeur était rarement une expérience qu’on recherchait après tout !


(Navrée pour le retard... et pour le message aussi... -_-')
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Caitlin Macdonald

avatar

Féminin
Nombre de messages : 81
Age : 44
Situation : ¤ Confuse ¤
Date d'inscription : 21/01/2007

Feuille de personnage
Clan: Macdonald
Relations:
Lieu d'Habitation: Carnoch

MessageSujet: Re: Entretien d'Affaires {Gilly, Mrs Stuart, Stew... =}   Ven 18 Jan - 22:29

{Meuuh nooon, c'est parfait ! Very Happy Pardon pour le retard, aussi silent }


Caitlin ouvrait la bouche pour répondre à sa belle-sœur, quand un boulet de canon miniature percuta intérieurement son crâne. Avec l’atroce sensation que son cerveau faisait des entrechats dans son crâne, la jeune femme resta un instant la bouche ouverte, tout en serrant les dents de douleur. Une migraine qui s’annonçait, et des plus terribles, à voir le coup qui l’avait comme assommée de l’intérieur… Il ne manquait plus que cela ! Comme si elle n’en avait pas assez de la fatigue continuelle de ces derniers jours, irritante conséquence des insomnies dont elle souffrait la nuit… A part la veille, au cours de laquelle il n’avait pas été si difficile de s’endormir, après deux ou trois somnifères, qui auraient pu tout aussi bien faire s’écrouler de fatigue un cheval.

Sa main farfouilla dans son sac à main – toujours rempli d’un tas de choses parfaitement inutiles -, tandis que l’autre massait doucement sa tempe. Ses doigts fins trouvèrent enfin le petit cylindre rond en plastique, son tube d’aspirine déjà à moitié vide, et elle prit deux cachets effervescents dans sa main. Elle tendit le cou, la main toujours appuyée contre sa tempe, l’autre contenant les aspirines, et chercha si le distributeur d’eau était toujours là. Elle le trouva entre deux plantes vertes, aux longues feuilles brillantes, le genre de plantes en pots impeccablement entretenues, et qui donnaient un indéniable cachet à la plus miteuse salle d’attente. Par chance, il ne restait qu’un gobelet de plastique, qu’elle remplit avec de l’eau tempérée, après s’être sagement dite que l’eau froide allait lui geler la cervelle de la plus abominable manière. Les deux aspirines jetées dans l’eau, elles se mirent à frémir et à tournoyer frénétiquement dans le verre, tandis que Caitlin se laissait de nouveau tomber sur sa chaise.

L’air complètement blasée, la jeune femme chercha vainement quelque chose à dire à Gilly, mais que dire, que faire, en ces circonstances ? Elle avait tenté par tous les moyens de l’aider, en raisonnant sans résultat son frère, en le menaçant, même, mais elle ne le reconnaissait plus… Finalement, elle en venait à se dire qu’elle n’avait jamais vraiment connu Hugh… C’était effrayant pour Caitlin, qui avait toujours été intimement persuadée que sa famille n’avait absolument aucun secret pour elle. A force de vivre tout près d’eux, de les côtoyer année après année, elle savait repérer le moindre tressaillement du visage, la signification d’un sourire ou d’un regard, ou la nature d’un silence, du plus gênant au plus éloquent, voire les deux. De plus, la jeune femme n’avait vraiment pas envie de faire du mal à sa belle-sœur, qu’elle considérait comme un membre à part entière de sa famille, à mi-chemin entre la grande sœur, ou une tante très jeune, comme Caitlin pouvait l’être pour Ranald, Meleri ou Liam. Et puis, parler de ses problèmes conjugaux n’était pas de la plus grande discrétion dans une salle d’attente, et Caitlin détestait par-dessus tout étaler ses soucis ou ceux des autres aux yeux de tous.

La jeune femme perçut d’ailleurs le manque flagrant de dynamisme de Gilly – ce qui était ô combien compréhensible -, et cela rien qu’à écouter le son de sa voix, dont le ton guilleret ne trompait personne, et surtout pas Caitlin, qui eut l’envie soudaine de serrer sa belle-sœur dans ses bras. Elle, au moins, ne pourrissait pas la vie de tout le monde parce qu’elle n’allait pas bien : et la honte de la jeune femme l’assombrissait davantage, de sorte à ce qu’elle ne se sortît pas de ce cercle vicieux. Oui, il fallait changer de sujet… Le bureau de Mme Stuart ? Elles s’en contenteraient ! Ce serait l’occasion de se changer momentanément les idées, et Caitlin se força à retrouver un certain entrain, qui devint finalement parfaitement naturel. Cela était aussi très probablement dû à l’efficacité de son aspirine.


« - Et comment ! C’a été une longue préparation psychologique, mais je pense qu’à présent, je suis parfaitement prête ! Ah, combien de souvenirs dans ce bureau… A l’époque, le directeur était vraiment terrible, et nous donnait encore des coups de règles en bois sur les doigts, en fer pour les plus récalcitrants. J’avoue que j’ai d’ailleurs goûté aux deux, et ce n’était pas une partie de plaisir… Un jour, j’ai tellement eu la frousse, que j’ai ouvert la porte du bureau, et j’ai détalé en vitesse jusqu’au manoir, avec le directeur qui me poursuivait ! C’était un petit homme au ventre énorme, et dont il était très fier ; par contre, ses courtes pattes eurent tôt fait de le faire trébucher dans une flaque de boue. Je n’ai pas pu m’asseoir pendant une semaine, et pourtant, j’avais fait une tonne de charme à Papa ! Mais Maman a voulu se montrer exemplaire… »

Son rire léger et follement contagieux s’éleva dans la pièce, et l’adolescent osa lever les yeux sur elle un bref instant, en souriant d’un air amusé. Elle revoyait la scène comme si c’était hier, et se souvint avec une pointe de nostalgie de ce qui l’avait conduite à se retrouver dans le bureau de Mr MacClark. Ah, il était beau le temps ancien, où elle bécotait ses petits copains en classe, excitée à l’idée de braver le règlement, ou qu’elle menait une bataille infernale à la cheftaine du groupe des filles les plus populaires, opposé au sien et dont elle était la leader. Et après, Miss Macdonald se permettait de faire la morale à ce pauvre Liam !... Elle avait été son exacte réplique dans sa prime jeunesse, quoiqu'un peu moins rebelle, tout de même...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maître du Jeu

avatar

Féminin
Nombre de messages : 7
Age : 31
Date d'inscription : 18/02/2007

MessageSujet: Re: Entretien d'Affaires {Gilly, Mrs Stuart, Stew... =}   Mer 2 Avr - 18:54

[C'est en retard, et ce sera court, j'en suis navrée...]

Arlena Topkins décrocha son téléphone qui sonna trois fois de manière rapprochée, signe qu'il s'agissait d'un appel interne au campus. Ecoutant attentivement son interlocuteur, puis elle raccrocha après avoir répondu par un simple "Très bien". Elle rangea ses papiers et un tas propre sur son bureau, puis elle se leva tranquillement et se dirigea vers la salle d'attente où étaient installés un jeune homme envoyé ici par l'un des professeurs et Gillian et Caitlin Macdonald.

Le jeune homme fit mine de se lever mais Arlena le stoppa d'un geste de la main, le gamin se rassit en soupirant lourdement. La secrétaire se tourna vers les Macdonald et leur sourit.


"Mrs Macdonald, Miss Macdonald, Mrs Stuart va vous recevoir..."

Elle leur fit signe de la suivre et les conduisit vers le bureau de la directrice qui se leva lorsque la porte s'ouvrit. Arlena s'effaça après les avoir fait entré et Catherine Stuart les accueillit chaleureusement.

"Bien le bonjour mesdames! Je vous en prie, installez vous je vous en prie."

Elle s'installa elle-même derrière son bureau, le sourire toujours aux lèvres. Elle retira ses lunettes et s'enfonça plus confortablement dans son fauteuil et fixa son regard sur les deux femmes face à elle.

"Que puis-je faire pour vous?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entretien d'Affaires {Gilly, Mrs Stuart, Stew... =}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entretien d'Affaires {Gilly, Mrs Stuart, Stew... =}
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Entretien d'affaires entre personnes civilisées |Nanadaïme|
» Un Bernier nommé ministre des affaires étrangères
» Plan d'action: ministere des Affaires Sociales et du Travail
» Le chargé d’Affaires haïtien à la Jamaïque rappelé pour consultation
» Signal FM le 7 février 2011 Entretien de Jean-Claude Duvalier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Highlands Life :: Les Bâtiments :: Le Campus-
Sauter vers: